Le blog des topos et randonées
 
 Accueil blog des topos et randonées
 

Mon saut à l'élastique sur le viaduc de l'Isle-Jourdain !


Publié le 28/11/2015 dans la rubrique « Randonnées en France ».

Mon saut à l'élastique sur le viaduc de l'Isle-Jourdain !

  • Découvrez ici toutes les photos de mon saut à l'élastique

    - Expédition : Une journée pour m'essayer au saut à l'élastique
    - Activités : Saut à l'élastique
    - Date de l'expédition : le 1er septembre 2012
    - Lieu : L'Isle-Jourdain / France (Vienne 86)

    Les coordonnées des étapes du séjour :

    - Viaduc de l'Isle-Jourdain : 46°14'00.7"N 0°40'38.1"E

    Ma toute première fois ! La fois qui m'initia !

    C'est un cadeau que certains diront empoisonné, il sera pour moi un révélateur. Non pas que j'ignorais être attiré par les sensations fortes avant de recevoir ce coffret cadeau renfermant ce saut à l'élastique, c'est juste qu'il fut le coup de pied nécessaire pour me donner de l'élan. Depuis, je marche, je grimpe, je monte, j'escalade ... je profite ! Merci sœurette pour ce cadeau précieux !

    La route ne me laisse pas vraiment de souvenir, aucune image ne semble s'être gravée dans mon cortex préfrontal, ni même dans mon hippocampe, j'en déduis alors qu'elle fût morne et sans relief. Cependant, le recul me fait aujourd'hui songer que l'hypothèse la plus probable, puisse être celle de n'avoir en ce temps pas formé ma vision à regarder les belles choses simples de la vie.

    Je suis accompagné de Lydia, ma compagne du moment, et nous nous garons tout deux sous le viaduc, juste sous une des arches où passe une petite route. Nous montons les escaliers qui me conduisent inévitablement vers une poussée d'adrénaline. Les premiers mètres sur le pont me révèle sa véridique hauteur, inappréciable du bas, et je mesure ainsi la hauteur du courage qu'il me faudra pour me jeter dans le vide, pour me jeter du haut de ses 40 mètres.

  • La première vision que m'offre le pont duquel je vais devoir me jeter :

    Voir toutes les photo

    Il n'est pas vrai que le vide est attirant quand il faut se jeter dans ses bras !

    Les quelques pas qui me sépare du stand ne suffisent pas vraiment pour que je puisse identifier si l'impatience l'emporte sur l'effroi. Car hormis mes quelques parcours dans les arbres, de type Accrobranche ou Escalad'Parc, c'est l'une des toutes premières fois que je vais passer le baudrier comme accessoire sportif.

    Comme pour vous rassurer d'avantage, la première démarche consiste à décharger l'organisateur de tout dommage éventuel. Le moment d'après j'ai mon baudrier autour de la taille, j'annonce mon poids, et d'un calcul savant … ou pas vraiment … l'instructeur m'annonce qu'il met l'élastique au dernier cran (j'ignorerais ce qu'il voulait dire jusqu'au moment de sauter).

  • Me voila équipé, le point de chute n'est plus très loin :

    Voir toutes les photo

    Face au vide je ne me défile pas au bout de mon fil élastique !

    J'avance au pied de l'escabeau qui permet l'accès au rebord du viaduc, l'instructeur me dit alors que je pourrais sauter dès qu'il me tapera sur l'épaule, dès lors que je serais au bord du vide. Je peux vous assurer que je ne faisais pas le malin à ce moment, je me souviens juste m'être dit qu'il ne fallait pas réfléchir, qu'il me fallait sauter dès que ... et me voila juste porté par l'air au moment même où la main de mon interlocuteur me tapote l'épaule.

    Tel un oiseau je vole, puis comme un moustique sur un pare-brise en balade sur l'autoroute, ma chute est stoppée quasiment 40 mètres plus bas, au plus près de la Vienne qui coule sous le pont. Puis c'est la marche arrière, pas vraiment comme un pantin démantibulé mais presque, et ce mouvement durera quelques secondes ou minutes (le temps n'est plus un élément considéré par le cerveau qui doit inévitablement taper contre la boite crânienne).

  • C'est le moment de ne plus réfléchir, je saute :

    Voir toutes les photo

    Je serais ensuite réceptionné par une petite barque voguant sur la Vienne, et sur le bord, sous le pont, juste à côté de la voiture je serais déposé. Voilà mon saut. Dans la voiture c'est débriefing avec Lydia et mon cerveau aussi, j'analyse la situation, je considère les événements.

    Temps 1 : Se jeter dans le vide sans y être contraint par la menace n'est absolument pas une chose naturelle pour le cerveau.

    Temps 2 : J'ai fini par comprendre ce que voulait dire « je mets l'élastique au dernier cran » en voyant la Vienne se rapprocher presque au point de pouvoir l'embrasser.

    Temps 3 : C'est une sensation unique ... je recommencerais c'est sûr !

    Depuis, je n'ai pas retenté l'expérience, l'opportunité ne s'étant pas manifestée, mais j'ai fait beaucoup d'autres choses toutes aussi palpitantes, entendu que ce saut fut l'électrochoc que j'avais besoin pour me savoir en vie. Il est difficile de décrire une expérience comme celle-ci sans y être confronté soi-même, mais pour donner une comparaison approximative, je dirais que j'ai retrouvé un peu de ces sensations lors d'une sortie à Walibi en Belgique, dans le manège qui porte le nom de Dalton Terror (77 mètres de haut avec une chute libre à plus de 110 km/h), même si les sensations sont très largement amoindries par rapport au saut à l'élastique.

    Mon conseil du jour : Ne loupez jamais l'occasion de vous prouver que vous êtes en vie, il se pourrait bien que grâce à cela vous passiez de l'état d'aveugle à celui de clairvoyant.

    A très bientôt pour de nouvelles sensas-aventures ;)

    *Photos faites par H.Lydia.



    Envoyer un commentaire : (*champ obligatoire)

    Email* / non divulgéPrénom / Pseudo*Site / non divulgé



  •  
    Publicités :
     



    Autres articles :
     

    La grotte glacée Lecherines, un premier essai très froid !

    Me voila de nouveau sur les routes après une petite absence, et ces routes me mènent aujourd'hui à Canfranc. Mais attendez, ce nom me dit quelque chose… mais bien sûr ! Ce fut la première étape de mon périple pour le Sud de L'Espagne il y a quelques ...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 18/12/2014

    Le monde est Charlie... je suis CHARLIE !

    Je ne pensais vraiment pas faire un jour l'article d'un drame sur un site dédié à la beauté du monde, c'est un paradoxe que je ne pouvais concevoir, mais plus je tente de fermer les yeux et plus j'ai la vision d'horreur de ce monde qu'est le nôtre, p...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 10/01/2015

    Le lexique des randonneurs : les signes et termes à connaître

    Comprendre les termes des randonneurs et les codes de la randonnée, est essentiel pour pouvoir lire correctement un topo ou comprendre les personnes que vous serez susceptible de rencontrer sur les sentiers. C'est pourquoi vous trouverez ici, les ter...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 01/12/2014

    Test produit : sac de couchage grand froid Victor -15° de Nordisk

    Le sac Victor -15° de Nordisk est vendu pour être ample et large, laissant du mouvement lors du sommeil, c'est plutôt un bon argument de vente, qui pourrait cependant se retourner contre lui, car plus un sac est grand, plus il est encombrant, et l'en...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 02/01/2015





    Liens et partenaires / Mes sponsors :
    Découvrez-moi en cliquant ici
    Découvrez-moi en cliquant ici
    Lexique du randonneur
    Les termes de rando à connaître
    Devenez le sponsor d'un article
    Devenez le sponsor d'un article
    Mes tests produits
    Mes tests de produits
    Eaux-paradis.com, mon sponsor
    Eaux-Paradis.com, mon sponsor
    Copyright © / Randonnees-du-monde.com - Tous droits réservés- Toutes les marques, images et logos sont la propriété de leurs sites respectifs.